logo rwego www.rwego.com
Site mobile, pour téléphone portable, iphone, pda...
home News wheather Medias Annonces Membres tchat Site map
Identifiant: Perdu? 
-- Moteur de recherche : News --
Ce moteur de recherche vous permet de retrouver toutes les actualités sauvegarder dans la base de donnée Rwego au format mobile.

Rechercher... 8 Résultat(s)
Mis en examen durant 8 ans: le promoteur Christian Pellerin demande réparation à l’Etat
Le promoteur immobilier Christian Pellerin a assigné l’État afin d’obtenir réparation pour "fonctionnement défectueux du service public de la justice", après avoir été mis en examen durant huit ans avant de bénéficier d’un non–lieu en 2013, a appris mardi l’AFP, confirmant une information de Libération.

Le nom de Christian Pellerin est associé à La Défense (Hauts–de–Seine), qu’il a relancée en 1978 pour en faire le premier quartier d’affaires en Europe. En 2004, son épouse, Valérie Muller, d’avec laquelle il est en procédure de divorce, dépose plainte contre X notamment pour "abus de confiance", "recel" et "escroquerie".

Le 1er avril 2005, M. Pellerin est mis en examen des chefs d’"abus de confiance", "escroquerie", "recel", "abus de biens sociaux", "faux en écriture privée" et "fausse attestation" par un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Nanterre.
Il est placé en détention provisoire et restera plus d’un mois et demi en prison avant sa remise en liberté. La procédure judiciaire se poursuivra jusqu’en décembre 2013, date de délivrance d’une ordonnance de non–lieu par le magistrat instructeur.

S’estimant victime d’un "déni de justice", M. Pellerin, dont le conseil est Me Patrick Maisonneuve, assigne l’État pour déni de justice et lui réclame 114.905 euros au titre du préjudice matériel et 150.000 euros au titre du préjudice moral, selon le document de l’assignation, consulté mardi par l’AFP.

LIRE AUSSI:
Ve nte forcée d’un immeuble vide à la Défense




< a href="http://da.feedsportal.com/r/22351535441 9/u/49/f/438191/c/32266/s/44c21c54/sc/3/rc/2/rc.ht m" rel="nofollow">
< a href="http://da.feedsportal.com/r/22351535441 9/u/49/f/438191/c/32266/s/44c21c54/sc/3/rc/3/rc.ht m" rel="nofollow">
< br/>
< ;/div>
Posté le 24/03/15
Gironde: cinq corps congelés de bébés découverts à Louchats
Cinq corps de bébés congelés ont été retrouvés, ce jeudi, au domicile d’un couple à Louchats, en Gironde. Le matin–même, le père avait averti la police après avoir retrouvé le corps d’un nouveau–né dans un sac isotherme, dans la maison familiale. Quelques heures plus tard, ce sont quatre autres corps qui ont été découverts par les autorités dans un congélateur.

La mère, âgé de 35 ans, qui "a vraisemblablement accouché seule à son domicile, a été hospitalisée au CHU de Pellegrin (à Bordeaux), pour subir des examens gynécologiques et psychiatriques", a précisé une source proche de l’enquête à l’AFP. Elle "ne semble pas à ce stade avoir eu d’antécédents de troubles psychologiques". Son état n’est pas compatible avec une garde à vue, indique BFMTV. Le père, un agriculteur âgé de 40 ans, a été placé en garde à vue, selon France 3 Aquitaine, qui ajoute que l’enfant découvert ce matin serait né d’une grossesse dissimulée.

L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de Langon (Gironde) et un représentant du Parquet s’est rendu sur place dans la matinée. L’autopsie des bébés doit être pratiquée vendredi, indique iTélé, qui ajoute que des prélèvements ADN sont en cours pour savoir s’il y a un lien avec la mère de famille et si ces nourrissons décédés sont frères et s?urs. 

Selon France 3, le couple n’était pas connu des services de police. Ils sont parents de deux enfants de 13 ans et 15 ans.





< a href="http://da.feedsportal.com/r/22351517009 5/u/49/f/438191/c/32266/s/4496b6c9/sc/3/rc/2/rc.ht m" rel="nofollow">
< a href="http://da.feedsportal.com/r/22351517009 5/u/49/f/438191/c/32266/s/4496b6c9/sc/3/rc/3/rc.ht m" rel="nofollow">
< br/>
< ;/div>
Posté le 19/03/15
Air France: les syndicats refusent une réunion
Les syndicats représentatifs d’Air France annoncent dans un communiqué leur intention de boycotter la réunion prévue lundi avec la direction du groupe pour renégocier les accords d’entreprise.

"Au lendemain du scrutin des élections professionnelles au sein d’Air France, les organisations syndicales qui viennent de recevoir la légitimité des salariés de l’entreprise ont décidé de refuser de se rendre à la convocation du président Alexandre de Juniac lundi 16 mars", peut–on lire dans ce communiqué daté de dimanche.

Les syndicats "considèrent que les multiples déclarations médiatiques d’Alexandre de Juniac, président de la holding Air France–KLM, compromettent le dialogue social au sein de la compagnie Air France", ajoute le texte.

Le PDG d’Air France–KLM, Alexandre de Juniac a annoncé le 9 mars dans Les Echos qu’il réunirait lundi 16 mars les syndicats de la compagnie aérienne pour renégocier les accords d’entreprise.

Le groupe Air France–KLM, qui s’efforce de faire face à une concurrence exacerbée dans le secteur aérien, en particulier des compagnies à bas coûts, a annoncé le mois dernier vouloir accélérer ses économies.

La CGT a perdu sa place de premier syndicat et chuté à la quatrième place, à 14,26% des voix, à l’occasion des élections professionnelles à Air France qui ont eu lieu jeudi, selon un document consulté vendredi par Reuters.




< a href="http://da.feedsportal.com/r/22351494772 4/u/49/f/438191/c/32266/s/44654517/sc/37/rc/2/rc.h tm" rel="nofollow">
< a href="http://da.feedsportal.com/r/22351494772 4/u/49/f/438191/c/32266/s/44654517/sc/37/rc/3/rc.h tm" rel="nofollow">
< br/>
< ;/div>
Posté le 14/03/15
Areva : S&P abaisse la note de deux crans
L’agence Standard and Poor’s a abaissé jeudi de deux crans la note à long terme d’Areva, la faisant passer de BB+ à BB–, à cause d’un endettement bien plus élevé qu’anticipé en 2014, selon un communiqué.

A fin 2014, la dette nette a atteint 5,8 milliards d’euros alors que SP tablait sur 5,2 milliards d’euros. L’agence s’inquiète également d’un manque de compétitivité et de dépassements de coûts sur plusieurs gros contrats.

En outre, les tendances à moyen terme du secteur sont difficiles, estime SP, avec des clients sous pression pour contenir leurs dépenses, ce qui influe sur les prix. Certains contrats du spécialiste français du nucléaire ont également été retardés ou annulés, ce qui réduit la trésorerie.

Coûts trop élevés

"Dans cet environnement, la base de coûts d’Areva est trop élevée et les bénéfices vont sûrement être à la baisse en 2015", indique le communiqué.

Commentant le vaste plan de redressement présenté par le groupe, SP souligne qu’il ne prendra pleinement effet qu’en 2017 et s’interroge sur sa mise en oeuvre. "La masse salariale, qui représente un coût élevé de 3,5 milliards d’euros en 2014, ne pourra peut–être pas être réduite de 15% de notre point de vue", indique SP.

Areva, acculé avec une perte record en 2014 proche de 5 milliards d’euros, a annoncé mercredi un vaste plan d’économies et de cessions pour redresser ses comptes mais a remis à la mi–2015 les annonces sur le volet social et son renflouement.

La note à court terme reste inchangée à B. Ces notes sont en outre assorties d’une perspective neutre, ce qui signifie que S&P peut soit les relever soit les abaisser à moyen terme. SP prend en compte pour cette perspective "la possibilité d’une stabilisation ou d’une amélioration du profil d’Areva, liée à l’issue des discussions avec l’Etat français, les nouveaux investisseurs, et EDF".

LIRE AUSSI :
» Areva : les provisions et dépréciations provoquent une perte record
» Emmanuel Macron: «Il faut une convergence entre Areva et EDF»




< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216686796 1/u/49/f/438191/c/32266/s/4415f973/sc/2/rc/2/rc.ht m" rel="nofollow">
< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216686796 1/u/49/f/438191/c/32266/s/4415f973/sc/2/rc/3/rc.ht m" rel="nofollow">
< br/>
< ;/div>
Posté le 05/03/15
Seniors: Cinq idées reçues à combattre
SOCIETE – Dans Silver Génération, Serge Guérin s’attaque aux préjugés sur les personnes âgées...
Posté le 04/03/15
A poste égal, une femme cadre gagne 8,5% de moins qu’un homme
SOCIETE – Selon le rapport 2015 de l?Agence pour l?emploi des cadres?



< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216679758 6/u/53/f/479493/c/32497/s/44018199/sc/37/rc/2/rc.h tm" rel="nofollow">
< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216679758 6/u/53/f/479493/c/32497/s/44018199/sc/37/rc/3/rc.h tm" rel="nofollow">
< br/>
Posté le 04/03/15
Plusieurs drones ont survolé Paris ce mardi soir
Une dizaine de drones auraient survolé Paris depuis le début de la soirée, selon Le Parisien. L’un d’eux aurait été repéré dans le quartier de la Tour Eiffel et d’autres porte de Bagnolet, de Montreuil et de Vincennes ou en proche banlieue parisienne. A Montreuil, rapporte BFMTV, l’appareil a été pris en chasse par des policiers en patrouille, mais ces derniers, en voiture, n’ont pas réussi à le suivre. Selon le site de la chaîne d’informations, le drone se serait ensuite posé porte de Vincennes, où il a été récupéré par quatre hommes qui ont pris la fuite par le périphérique, à bord d’une voiture noire. Ils étaient toujours recherchés ce mardi soir.

"60 survols de drones" depuis octobre

Depuis le 5 octobre, "60 survols de drones" ont été constatés en France, a indiqué le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve aujourd’hui, assurant que le gouvernement avait pris des mesures face à cette menace. Des drones ont été repérés principalement à proximité de centrales nucléaires, mais également au–dessus du palais de l’Elysée et de l’ambassade des Etats–Unis à Paris ou près de la base des sous–marins stratégiques de l’Île Longue dans la rade de Brest (ouest). Certains de ces incidents se sont déroulés de façon simultanée à plusieurs endroits distants de centaines de kilomètres laissant penser qu’il pourrait s’agir d’opérations concertées, même si le gouvernement assure qu’il n’y a "pas d’inquiétude à avoir".

Pour lutter contre ces survols de zones interdites, Bernard Cazeneuve a assuré que le gouvernement avait pris "des mesures préventives destinées à informer les utilisateurs de ces engins, au moment de leur acquisition, du risque de peine encourue en cas d’infraction à la réglementation". Les sanctions peuvent, selon les cas (entrave à la circulation aérienne, mise en danger de la vie d’autrui, usage de fréquences non autorisées, atteinte à la vie privée...) atteindre jusqu’à cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende.

"Nous préconisons de nouvelles dispositions à caractère juridique, nous souhaitons qu’une directive européenne relative au fonctionnement de ces engins soit modifiée et que soient modifiés les arrêtés pris par le gouvernement français en 2012", a poursuivi le ministre. Avec ces arrêtés, la France avait été l’un des premiers pays à autoriser, à des conditions strictes, le vol de drones "hors de vue du pilote". En conséquence, la France est un pays qui compte un très grand nombre d’opérateurs de drones, en très grande majorité pour la prise de vues.

"Nous souhaitons qu’un certain nombre de dispositions nouvelles puissent être mobilisées", a encore affirmé Bernard Cazeneuve, citant "l’intégration de puces dans les drones pour les rendre détectables" ou la mise au point de "dispositifs de brouillage de manière à assurer leur neutralisation". Le ministre de l’Intérieur a assuré que ces mesures seraient prises "en étroite liaison avec les acteurs industriels concernés" et il a plaidé pour une "coopération européenne et internationale". L’utilisation des drones, d’abord militaire, est à présent largement répandue dans le civil et pour les loisirs.




< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216679507 3/u/49/f/438191/c/32266/s/4400f8bc/sc/37/rc/2/rc.h tm" rel="nofollow">
< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216679507 3/u/49/f/438191/c/32266/s/4400f8bc/sc/37/rc/3/rc.h tm" rel="nofollow">
< br/>
< ;/div>
Posté le 03/03/15
Bouygues : une note interne diffusée à l’AFP
A la suite de l’annonce erronée de la mort de l’homme d’affaires Martin Bouygues par l’Agence France–Presse (AFP), aussitôt démentie par les groupes TF1 et LCI, l’agence a diffusée une note interne à l’ensemble de sa rédaction. Le document, que Libération s’est procuré, insisite sur le "dommage considérable" que représente ce raté pour l’agence de presse.

"La fiabilité est la valeur numéro un à l’AFP. Elle doit toujours primer sur la rapidité", rappelle la note. "Nous continuons l’examen des faits qui se sont enchaînés aujourd’hui – même si nous en avons déjà une idée assez précise. J’y reviendrai dans les prochains jours en rappelant les règles rédactionnelles et éthiques ainsi que les procédures à suivre en pareil cas", conclut la note, signée de Michèle Léridon, directrice de l’information à l’AFP.

LIRE AUSSI:
» La fausse mort de l’homme d’affaires Martin Bouygues



< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216667527 1/u/49/f/438191/c/32266/s/43e673d4/sc/3/rc/2/rc.ht m" rel="nofollow">
< a href="http://da.feedsportal.com/r/22216667527 1/u/49/f/438191/c/32266/s/43e673d4/sc/3/rc/3/rc.ht m" rel="nofollow">
< br/>
< ;/div>
Posté le 28/02/15